OssMove et Ostéoporose

OssMove – Une activité physique
personnalisée notamment pour des
patients avec ostéoporose

Résumé

Le document suivant décrit le projet OssMove, mise en place d’un programme d’exercices physiques personnalisés et adaptés à une population de patients ostéoporotiques. Ces patients sont suivis sur une base régulière dans le cadre de la Filière fracture du service de rhumatologie de l’HFR à Fribourg et de Quai Santé à Montreux.

 

1 Contexte

La Consultation Ostéoporose Filière Fracture de l’HFR a débuté ses activités au XX janvier 2017. En février 2021 l’International Osteoporosisi Foundation (IOF) CAPTURE the FRACTURE reconnait le Service de Liaison Fracture (FLS) de l’HFR et lui décerne le rang de bronze Elle fait partie intégrante du Service de Rhumatologie de l’HFR (https://www.capturethefracture.org/fls/hfr-fribourg)..
La consultation Ostéoporose à Quai santé a été mise sur pieds en 2018. Elle a pour but de dépister et de traiter l’ostéoporose chez les patients présentant une fracture de fragilité. Son rôle est également préventif pour la population en général.
Cette consultation Osteoporose s’inscrit dans un réseau romand de différentes filières regroupant les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), le Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV), l’Hôpital Cantonal de Neuchâtel, et Quai santé à Montreux.
Pour la prise en charge post ou préhospitalière des consultations ostéoporose l’HFR et de Quai santé décident de collaborer avec OssMove.
OssMove propose de l’activité physique low impact inspirée des arts martiaux en collaboration étroite avec un suivi médical spécialisé ainsi qu’un suivi des paramètres biologiques avec un laboratoire accrédité aux dernières normes internationales ISO 17025 & 15189. La remise en mouvement prend en compte chaque participant et combien de manière idéale les approches médicales, sportives et scientifiques. L’activité physique martiale est spécifique dans sa forme en respectant la motricité individuelle, dans son intensité, sa durée et sa fréquence afin de minimiser les risques de traumatisme. La personnalisation médicale tient compte de l’âge et du genre de l’individu. Elle respecte aussi le type de fracture, l’état clinique général et les résultats de laboratoire. Elle tient aussi en compte les habitudes de vie et les traitements en cours.
La prise en charge est adaptée, elle a des buts spécifiques, réalistes et atteignables avec des échéances définies. Les outils utilisés sont adéquats et individualisés en rapport avec les moyens de chaque individu.

2 Ostéoporose

2.1 Définition

L’ostéoporose est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant : « Une maladie systémique du squelette caractérisée par une masse osseuse faible, une détérioration du tissus osseux et une perte de l’architecture osseuse compromettant la résistance osseuse et entrainant une fragilité osseuse et par conséquence un risque accru de fractures » (1).
Ces fractures ostéoporotiques sont associées à une augmentation significative des taux de morbidités et de mortalité.

2.2 Données épidémiologiques

Dans le contexte du vieillissement de la population, l’ostéoporose devient une préoccupation de santé publique majeure touchant des millions de personnes à travers le monde. On estime qu’au-delà de 50 ans, une femme sur deux et un homme sur cinq vont développer une fracture de fragilité liée à l’ostéoporose (2,3). Une publication européenne récente estime qu’environ 22 millions de femmes et 5.5 millions d’hommes en sont atteints en EU. Cela signifie 3.5 millions de nouvelles fractures de fragilité chaque année. A titre d’exemples une fracture au niveau de la colonne vertébrale apparait toutes les 22 sec et un os se brise toutes les 3 secondes lié à l’ostéoporose (3-5). Des données similaires récentes ont été publiées en Suisse (https://www.obsan.admin.ch/fr/indicateurs/osteoporose) (6,7).

2.3 Impact économique

La survenue de fractures de fragilité liée à l’ostéoporose a un impact économique considérable. On estime actuellement ces coûts à hauteur de 37.5 milliards d’Euros en EU pour les hospitalisations, la réhabilitation et/ou placement en EMS, et les traitements thérapeutiques. Selon l’International Oateoporosis Foundation (IOF) ils atteindraient 47.4 milliards en 2030. Le même organisme prévoit que l’augmentation de l’espérance de vie en France
aura comme corolaire une hausse des fractures de fragilité. Cette hausse est estimée à 24,4% entre 2017 et 2030 ce qui correspondrait à une augmentation de 26,6% des dépenses faisant passer de 5.4 milliards à 6.8 milliards en une dizaine d’années (8).

Par ailleurs, une fracture de fragilité a aussi des conséquences importantes sur la qualité de vie des patients, mesurée en QALY (quality adjusted life years).
En 2010, on estime une perte de près de 1.2 millions de QALY en EU (5). Ceci reflète les handicaps lourds engendrés par ces fractures ayant souvent pour conséquence des limitations importantes dans les activités quotidiennes des
patients (9).

2.4 Rôle de l’activité physique

On adresse depuis longtemps les conséquences débilitantes des fractures de fragilité par des protocoles standards de réhabilitation. Ce n’est que très récemment que plusieurs études ont montré l’importance de la pratique du sport chez les personnes âgées, et en particulier celles souffrant d’ostéoporose. La pratique d’une activité physique régulière apporte de nombreux bénéfices tant sur le plan physique que cognitif (2,10-12).
Cependant, les bénéfices d’une activité physique dépendent pour beaucoup du type de protocole d’exercice utilisé et du taux de compliance. Les résultats d’une méta-analyse montrent que des exercices de résistance à haute fréquence pratiqués régulièrement fournit une capacité physique améliorée avec une réduction des risques de chute et prévient aussi les limitations fonctionnelles (13,14).

2.5 Effet sur l’os de l’exercice

Plusieurs études ont montré que la pratique régulière d’une activité physique améliore significativement la densité minérale de l’os, augmente la masse osseuse et restaure l’architecture osseuse (15,16). Toutefois l’activité physique
doit être régulière et au-dessus d’une valeur minimale. Les patients OssMove Activité physique personnalisée ostéoporotiques devraient s’entrainer au minimum 90 minutes par semaine, idéalement sur une base de 3 fois 30 minutes par semaine (13,14,17).

3 OssMove

Le principal obstacle pour l’obtention de résultats significatifs dans une population de patients âgés réside dans l’obtention d’une compliance adéquate.
Afin de surmonter cette difficulté, nous nous appuierons notamment sur un modèle de programme d’entrainement personnalisé de type « Action Types® concept » tel que développé chez les sportifs élites (18–20). Cette méthodologie a largement fait ses preuves au sein d’équipes nationales de basketball, golf, tennis et karaté dont fait partie les porteurs de ce projet.
Le type d’activité est basé sur la dance et les arts martiaux lents et contrôlés tels que l’on retrouve dans le karaté-santé et le taï-chi (21–24). Ce type d’approche influence de manière significative l’équilibre, la coordination, le rythme, la mobilité et la force, tout bénéfice pour le renforcement osseux, la diminution des chutes et par conséquent la diminution des fractures.
La méthode consiste à identifier chez chaque patient à la foi ses préférences psychologiques et ses préférences motrices. En travaillant selon ses propres préférences, on accroît notablement la compliance à l’entrainement, on augmente l’efficience et le plaisir éprouvé à la pratique d’une activité physique individuelle (objectifs personnels) ou au sein d’un groupe (objectifs communs). On s’attend aussi à une réduction significative du risque de blessure.
Cette approche augmente l’estime et la confiance en soi de manière à atteindre une performance et une compliance optimales. Le programme d’exercice (type, intensité et fréquence) est adapté à chaque patient selon ses préférences
motrices et ses limitations.

4 Schéma de la prise en charge

Cette approche est destinée aux patients ostéoporotiques pris en charge dans le contexte de la Consultation Ostéoporose (Figure 1). La participation se fera
sur une base volontaire hors du contexte hospitalier. Les cours seront élaborés et donnés par les référents OssMove, en accord avec les professionnels de la santé. Les patients seront avertis que l’hôpital décline toute responsabilité.
Figure 1 – Schéma de prise en charge des patients ostéoporotiques, de
l’identification à OssMove

5 Rôles et responsabilités

Le programme d’exercices physiques sera établi par Mme Mélanie Lema, Dr Benoît Fellay, Monsieur Franco Pisino. La supervision médicale sera effectuée par Dreesse Mélanie Brülhart, Dresse Joyce Lecoultre, Dr Cécile
Besson Duvanel. Les cours seront donnés aux patients par Mme Mélanie Lema et Dr Benoît Fellay.

6 Références

1. Prior, J. C., Barr, S. I., Chow, R. & Faulkner, R. A. Prevention and management of osteoporosis: consensus statements from the Scientific Advisory Board of the Osteoporosis Society of Canada. 5. Physical activity as
therapy for osteoporosis. CMAJ 155, 940–944 (1996).
2. Cauley, J. A. Public health impact of osteoporosis. J Gerontol A BiolSci Med Sci 68, 1243–1251 (2013).
3. Kanis, J. A. et al. A systematic review of hip fracture incidence and probability of fracture worldwide. Osteoporos Int 23, 2239–2256 (2012).
4. 2021 https://www.osteoporosis.foundation/health-professionals#factsstatistics. 
5. Borgström, F. et al. Fragility fractures in Europe: burden, management and opportunities. Arch Osteoporos 15, 59 (2020).
6. osteoporose OFSP N°BAG OeG 8.04 1’000d 500f 20BAG04001.pdf.
7. Svedbom, A., Ivergård, M., Hernlund, E., Rizzoli, R. & Kanis, J. A. Epidemiology and economic burden of osteoporosis in Switzerland. Arch Osteoporos 9, 187 (2014).
8. Facts and Statistics | International Osteoporosis Foundation. https://www.iofbonehealth.org/facts-statistics.
9. Cieza, A. et al. ICF Core Sets for osteoporosis. J Rehabil Med 81–86 (2004) doi:10.1080/16501960410016028.
10. Rogge, A.-K. et al. Balance training improves memory and spatial cognition in healthy adults. Sci Rep 7, 5661 (2017).
11. Rogge, A.-K. et al. Balance, gait, and navigation performance are related to physical exercise in blind and visually impaired children and adolescents. Exp Brain Res (2021) doi:10.1007/s00221-021-06038-3.
12. Cauley, J. A. & Giangregorio, L. Physical activity and skeletal health in adults. Lancet Diabetes Endocrinol 8, 150–162 (2020).
13. Kemmler, W. & von Stengel, S. Exercise frequency, health risk factors, and diseases of the elderly. Arch Phys Med Rehabil 94, 2046–2053 (2013).
14. Wen, C. P. et al. Minimum amount of physical activity for reduced mortality and extended life expectancy: a prospective cohort study. Lancet 378, 1244–1253 (2011).
15. Friedlander, A. L., Genant, H. K., Sadowsky, S., Byl, N. N. & Glüer, C. C. A two-year program of aerobics and weight training enhances bone mineral density of young women. J. Bone Miner. Res. 10, 574–585 (1995).
16. Lloyd, T., Petit, M. A., Lin, H.-M. & Beck, T. J. Lifestyle factors and the development of bone mass and bone strength in young women. J. Pediatr. 144, 776–782 (2004).
17. Gregg, E. W., Cauley, J. A., Seeley, D. G., Ensrud, K. E. & Bauer, D. C. Physical activity and osteoporotic fracture risk in older women. Study of Osteoporotic Fractures Research Group. Ann. Intern. Med. 129, 81–88 (1998).
18. ActionTypes | ActionTypes | Welcome. http://welcome.actiontypes.com/.
19. Carlyn, M. An assessment of the Myers-Briggs Type indicator. J Pers Assess 41, 461–473 (1977).
20. Clack, G. B., Allen, J., Cooper, D. & Head, J. O. Personality differences between doctors and their patients: implications for the teaching of communication skills. Med Educ 38, 177–186 (2004).
21. Chow, T. H. et al. The effect of Chinese martial arts Tai Chi Chuan on prevention of osteoporosis: A systematic review. J Orthop Translat 12, 74–84 (2018).
22. Zou, L. et al. The Effect of Taichi Practice on Attenuating Bone Mineral Density Loss: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Int J Environ Res Public Health 14, (2017).
23. Zhang, Y. et al. Tai chi for treating osteopenia and primary osteoporosis: a meta-analysis and trial sequential analysis. Clin Interv Aging 14, 91–104 (2019).
24. Benedetti, M. G., Furlini, G., Zati, A. & Letizia Mauro, G. The Effectiveness of Physical Exercise on Bone Density in Osteoporotic Patients. Biomed Res Int 2018, 4840531 (2018).